Le cahier : Ou la course d’obstacle de ma mère vers moi. Eric G.

par Le blog de Gérard  -  25 Avril 2017, 11:09  -  #Journal intime

Yvette G. Commentaires d'Eric G
Yvette G. Commentaires d'Eric G

Yvette G. Commentaires d'Eric G

Lettre à mon chéri.

 

Nous sommes rentrés hier soir des 90 ans de ta maman, il y avait parmi tes cadeaux un livre, un journal, son journal, votre journal.


Tu m’as fait l’honneur, le plaisir le privilège de me l’offrir à mon tour.
Bien sûr j’en connaissais les grandes lignes, nous vivons ensemble, ton histoire je la découvre à travers ce que tu veux bien me dire au fur et à mesure que nous avançons et construisons notre vie côte à côte.

Bien sûr je connaissais l’existence de ce cahier, nous avons veillé parfois tard ces dernières semaines toi et moi pour en arriver à l’édition de ce livre.

Je viens de refermer la dernière page du livre de ta vie, plus exactement du début de ta vie, et parce que tu m’y as autorisé, j’écris, je t’écris.

Alors voila:

Au commencement, une femme qui aime les chats, une femme qui veut donner de l’amour, une femme qui décide en conscience des difficultés d’adopter un enfant.

La première partie elle raconte son désir, les obstacles, ses déceptions mais aussi son obstination.

Au commencement il y a un petit garçon, pris en charge par des institutions, ses géniteurs ne l’assumant pas.

Au commencement ce petit garçon, cherche lui aussi la tendresse, l’affection, la sécurité, l’amour inconditionnel d’une maman.
« Est-ce que tu m’aimes » demande t’il parfois à cette dame chargée de le suivre qui vient le voir à l’orphelinat.
« Bien sûr Éric » répond t-elle.
Mais elle repart chez elle vers SES enfants, et ce petit garçon reste là, il va retrouver ses copains, et le soir ce dortoir, parfois il a peur, il pleure, il n’y a pas le lit chaud d’un papa ou d’une maman pour se réfugier quand la nuit semble menaçante.

C’était au commencement.

Un 4 Décembre, elle est là dans un bureau, sans doute son cœur bat plus fort que d’habitude, elle n’est pas venue les mains vides.

Le petit garçon arrive.
- « Bonjour Éric »

- « Tu me connais-toi »

Je crois que c’est ainsi que votre histoire commence.

Ta première photo ce sera chez celle qui est ta maman le 19 Décembre 1969, le premier matin chez toi, le premier matin d'école, dans son école.

Tu avais 6 ans.

Depuis tu es son petit, je le sais puisqu'un jour ou ton téléphone sonnait et que tu ne pouvais pas répondre, j'ai décroché à ta place, et ta maman me prenant pour toi de dire; "Bonjour mon petit" Dans un rire j'ai dit "non c'est Gérard" elle de me répondre avec générosité et bienveillance " vous êtes mon deuxième petit" j'ai été touché par ces quelques mots sortis du cœur.

Mais son petit devient grand et parfois ta maman le comprend, alors un soir de noël ton cadeau sera son cahier, le cahier de son histoire, le cahier de votre histoire.

Ce 22 Avril jour de ses 90 ans, tu vas faire à ton tour ce cadeau, le journal de ta maman fidèlement retranscrit mais enrichie de tes commentaires, et de quelques souvenirs de fils mais transformé en petit livre.

La boucle est bouclée.

Un jour tu m’as dit : « J’ai de la chance, ma mère m’a choisie et j’ai choisi ma mère »

Tu as tellement raison.

Ta vie n'est pas ordinaire, tu n'es pas ordinaire.

Tu peux être fier de ce que tu en as fait.

Puis il y a notre rencontre dans le droit-fil de ta vie, extraordinaire.

Je t’aime.
 

Angelilie 29/04/2017 18:42

beau blog. un plaisir de venir flâner sur vos pages. une belle découverte et un enchantement.N'hésitez pas à venir visiter mon blog. au plaisir.