Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Le blog de Gérard, www.leblogdegerard.fr

Le blog de Gérard, www.leblogdegerard.fr

Quelques photos prises au cours de mes pérégrinations, mes lectures d'hier et d'aujourd'hui, c'est la vie de tous les jours, c'est peut être la votre, voici mes coups de cœur, mes coups de gueule, mais aussi les spectacles que j'aime. Chiche.

Publié le par Le blog de Gérard
Publié dans : #Yonne
La cathédrale Saint-Étienne d'Auxerre est une cathédrale catholique romaine française, située dans la ville d'Auxerre, dans le département de l'Yonne.Du Ve au XIIIe siècle, quatre édifices successifs ont été élevés à l’emplacement qu’occupe l’actuelle église-mère du diocèse, avant que ne soit entrepris, vers 1215, le grand chantier de la cathédrale gothique que nous admirons de nos jours.
La cathédrale Saint-Étienne d'Auxerre est une cathédrale catholique romaine française, située dans la ville d'Auxerre, dans le département de l'Yonne.Du Ve au XIIIe siècle, quatre édifices successifs ont été élevés à l’emplacement qu’occupe l’actuelle église-mère du diocèse, avant que ne soit entrepris, vers 1215, le grand chantier de la cathédrale gothique que nous admirons de nos jours.La cathédrale Saint-Étienne d'Auxerre est une cathédrale catholique romaine française, située dans la ville d'Auxerre, dans le département de l'Yonne.Du Ve au XIIIe siècle, quatre édifices successifs ont été élevés à l’emplacement qu’occupe l’actuelle église-mère du diocèse, avant que ne soit entrepris, vers 1215, le grand chantier de la cathédrale gothique que nous admirons de nos jours.
La cathédrale Saint-Étienne d'Auxerre est une cathédrale catholique romaine française, située dans la ville d'Auxerre, dans le département de l'Yonne.Du Ve au XIIIe siècle, quatre édifices successifs ont été élevés à l’emplacement qu’occupe l’actuelle église-mère du diocèse, avant que ne soit entrepris, vers 1215, le grand chantier de la cathédrale gothique que nous admirons de nos jours.

La cathédrale Saint-Étienne d'Auxerre est une cathédrale catholique romaine française, située dans la ville d'Auxerre, dans le département de l'Yonne.Du Ve au XIIIe siècle, quatre édifices successifs ont été élevés à l’emplacement qu’occupe l’actuelle église-mère du diocèse, avant que ne soit entrepris, vers 1215, le grand chantier de la cathédrale gothique que nous admirons de nos jours.

800 Ans

Voir les commentaires

Publié le par Le blog de Gérard
Publié dans : #Yonne
La nef, remaniée du XIIIe siècle au XVe siècle, s’appuie à un clocher roman du XIIe siècle, similaire à celle de l’Abbaye Saint-Germain d'Auxerre. Elle précède un chœur reconstruit au XVIe siècle, plus haut que la nef. Elle conserve les reliques d'une étoffe byzantine du IXe siècle appelée « suaire de Saint-Germain », ainsi que des peintures sur bois de l’école italienne du XVe siècle au XVIIIe siècle.
La nef, remaniée du XIIIe siècle au XVe siècle, s’appuie à un clocher roman du XIIe siècle, similaire à celle de l’Abbaye Saint-Germain d'Auxerre. Elle précède un chœur reconstruit au XVIe siècle, plus haut que la nef. Elle conserve les reliques d'une étoffe byzantine du IXe siècle appelée « suaire de Saint-Germain », ainsi que des peintures sur bois de l’école italienne du XVe siècle au XVIIIe siècle.La nef, remaniée du XIIIe siècle au XVe siècle, s’appuie à un clocher roman du XIIe siècle, similaire à celle de l’Abbaye Saint-Germain d'Auxerre. Elle précède un chœur reconstruit au XVIe siècle, plus haut que la nef. Elle conserve les reliques d'une étoffe byzantine du IXe siècle appelée « suaire de Saint-Germain », ainsi que des peintures sur bois de l’école italienne du XVe siècle au XVIIIe siècle.
La nef, remaniée du XIIIe siècle au XVe siècle, s’appuie à un clocher roman du XIIe siècle, similaire à celle de l’Abbaye Saint-Germain d'Auxerre. Elle précède un chœur reconstruit au XVIe siècle, plus haut que la nef. Elle conserve les reliques d'une étoffe byzantine du IXe siècle appelée « suaire de Saint-Germain », ainsi que des peintures sur bois de l’école italienne du XVe siècle au XVIIIe siècle.La nef, remaniée du XIIIe siècle au XVe siècle, s’appuie à un clocher roman du XIIe siècle, similaire à celle de l’Abbaye Saint-Germain d'Auxerre. Elle précède un chœur reconstruit au XVIe siècle, plus haut que la nef. Elle conserve les reliques d'une étoffe byzantine du IXe siècle appelée « suaire de Saint-Germain », ainsi que des peintures sur bois de l’école italienne du XVe siècle au XVIIIe siècle.La nef, remaniée du XIIIe siècle au XVe siècle, s’appuie à un clocher roman du XIIe siècle, similaire à celle de l’Abbaye Saint-Germain d'Auxerre. Elle précède un chœur reconstruit au XVIe siècle, plus haut que la nef. Elle conserve les reliques d'une étoffe byzantine du IXe siècle appelée « suaire de Saint-Germain », ainsi que des peintures sur bois de l’école italienne du XVe siècle au XVIIIe siècle.

La nef, remaniée du XIIIe siècle au XVe siècle, s’appuie à un clocher roman du XIIe siècle, similaire à celle de l’Abbaye Saint-Germain d'Auxerre. Elle précède un chœur reconstruit au XVIe siècle, plus haut que la nef. Elle conserve les reliques d'une étoffe byzantine du IXe siècle appelée « suaire de Saint-Germain », ainsi que des peintures sur bois de l’école italienne du XVe siècle au XVIIIe siècle.

La Tour de l'Horloge, datant du XVème siècle, symbolise le pouvoir des bourgeois dans la ville, le comte leur ayant accordé le droit de poser leur Horloge sur l’une des portes de l’ancien castrum, et de construire une maison commune (emplacement de l’Hôtel de Ville). La Tour de l'Horloge, datant du XVème siècle, symbolise le pouvoir des bourgeois dans la ville, le comte leur ayant accordé le droit de poser leur Horloge sur l’une des portes de l’ancien castrum, et de construire une maison commune (emplacement de l’Hôtel de Ville).

La Tour de l'Horloge, datant du XVème siècle, symbolise le pouvoir des bourgeois dans la ville, le comte leur ayant accordé le droit de poser leur Horloge sur l’une des portes de l’ancien castrum, et de construire une maison commune (emplacement de l’Hôtel de Ville).

"Trois maisons, trois habits, trois deniers et une épée ; trois beaux yeux, trois gros chiens et trois beaux chats...". Telle est la description que la chanson nous donne de Guillaume, Joseph Roussel, héros involontaire d'une  satire née de l'imagination des soldats de la Révolution. Ce personnage bon enfant, qu'ils vont affubler du sobriquet de Cadet Roussel, va les distraire de leur ordinaire de soldat.  Car Cadet Rousselle a bien existé. Natif d'Orgelet dans le Jura, en 1743, il s'installera à Auxerre à l'âge de 20 ans. Sa première place en tant que domestique ne sera qu'une étape. Cadet Roussel avait plus d'ambition.   Un mariage avantageux va lui permettre d'acheter une place de clerc de notaire. Il fera son apprentissage du droit et  se fera connaître des personnalités de la ville. Apprécié pour ses qualités  d'intégrité et de dévouement, il obtiendra les recommandations nécessaires  à l’achat, en 1780, d’une charge de premier huissier.  Devenu une figure importante de la ville, Cadet Roussel se devait d'acheter une maison, pour s'établir définitivement à Auxerre: il en acquerra une petite, dès 1781, qu'il fera agrandir par la suite.  Puis viendront 1789 et la Révolution Française. Nous l'avons vu, Cadet  Roussel avait "appuis et connaissances". Aussi, il rentrera à la Société Populaire d'Auxerre, appuyé par son ami Nicolas Maure qui, quelques fois avait côtoyé  Marat.  C'est à partir de 1792 que la chanson de Cadet Roussel, va gagner toute la France, colportée sur l'air de la chanson de Jean Nivel, par les volontaires de l'Yonne  partis renforcer les frontières.  En 1795, accusé d'arrestations arbitraires dans ses anciennes fonctions au sein du Comité révolutionnaire d'Auxerre, Cadet Roussel sera emprisonné pour une courte période, avant de bénéficier d'une amnistie.  Ici s'arrêtera la Vie Publique de Cadet Roussel. Il mourra  en 1807.  La Fontaine de François Brochet, Place Charles Surugue à Auxerre, surmontée de la statue de Cadet Roussel - citoyen d'Auxerre- rend hommage à cet  homme à la destinée hors du commun, personnage fantasque et attachant par sa simplicité.    Claude RICHARD
"Trois maisons, trois habits, trois deniers et une épée ; trois beaux yeux, trois gros chiens et trois beaux chats...". Telle est la description que la chanson nous donne de Guillaume, Joseph Roussel, héros involontaire d'une  satire née de l'imagination des soldats de la Révolution. Ce personnage bon enfant, qu'ils vont affubler du sobriquet de Cadet Roussel, va les distraire de leur ordinaire de soldat.  Car Cadet Rousselle a bien existé. Natif d'Orgelet dans le Jura, en 1743, il s'installera à Auxerre à l'âge de 20 ans. Sa première place en tant que domestique ne sera qu'une étape. Cadet Roussel avait plus d'ambition.   Un mariage avantageux va lui permettre d'acheter une place de clerc de notaire. Il fera son apprentissage du droit et  se fera connaître des personnalités de la ville. Apprécié pour ses qualités  d'intégrité et de dévouement, il obtiendra les recommandations nécessaires  à l’achat, en 1780, d’une charge de premier huissier.  Devenu une figure importante de la ville, Cadet Roussel se devait d'acheter une maison, pour s'établir définitivement à Auxerre: il en acquerra une petite, dès 1781, qu'il fera agrandir par la suite.  Puis viendront 1789 et la Révolution Française. Nous l'avons vu, Cadet  Roussel avait "appuis et connaissances". Aussi, il rentrera à la Société Populaire d'Auxerre, appuyé par son ami Nicolas Maure qui, quelques fois avait côtoyé  Marat.  C'est à partir de 1792 que la chanson de Cadet Roussel, va gagner toute la France, colportée sur l'air de la chanson de Jean Nivel, par les volontaires de l'Yonne  partis renforcer les frontières.  En 1795, accusé d'arrestations arbitraires dans ses anciennes fonctions au sein du Comité révolutionnaire d'Auxerre, Cadet Roussel sera emprisonné pour une courte période, avant de bénéficier d'une amnistie.  Ici s'arrêtera la Vie Publique de Cadet Roussel. Il mourra  en 1807.  La Fontaine de François Brochet, Place Charles Surugue à Auxerre, surmontée de la statue de Cadet Roussel - citoyen d'Auxerre- rend hommage à cet  homme à la destinée hors du commun, personnage fantasque et attachant par sa simplicité.    Claude RICHARD

"Trois maisons, trois habits, trois deniers et une épée ; trois beaux yeux, trois gros chiens et trois beaux chats...". Telle est la description que la chanson nous donne de Guillaume, Joseph Roussel, héros involontaire d'une satire née de l'imagination des soldats de la Révolution. Ce personnage bon enfant, qu'ils vont affubler du sobriquet de Cadet Roussel, va les distraire de leur ordinaire de soldat. Car Cadet Rousselle a bien existé. Natif d'Orgelet dans le Jura, en 1743, il s'installera à Auxerre à l'âge de 20 ans. Sa première place en tant que domestique ne sera qu'une étape. Cadet Roussel avait plus d'ambition. Un mariage avantageux va lui permettre d'acheter une place de clerc de notaire. Il fera son apprentissage du droit et se fera connaître des personnalités de la ville. Apprécié pour ses qualités d'intégrité et de dévouement, il obtiendra les recommandations nécessaires à l’achat, en 1780, d’une charge de premier huissier. Devenu une figure importante de la ville, Cadet Roussel se devait d'acheter une maison, pour s'établir définitivement à Auxerre: il en acquerra une petite, dès 1781, qu'il fera agrandir par la suite. Puis viendront 1789 et la Révolution Française. Nous l'avons vu, Cadet Roussel avait "appuis et connaissances". Aussi, il rentrera à la Société Populaire d'Auxerre, appuyé par son ami Nicolas Maure qui, quelques fois avait côtoyé Marat. C'est à partir de 1792 que la chanson de Cadet Roussel, va gagner toute la France, colportée sur l'air de la chanson de Jean Nivel, par les volontaires de l'Yonne partis renforcer les frontières. En 1795, accusé d'arrestations arbitraires dans ses anciennes fonctions au sein du Comité révolutionnaire d'Auxerre, Cadet Roussel sera emprisonné pour une courte période, avant de bénéficier d'une amnistie. Ici s'arrêtera la Vie Publique de Cadet Roussel. Il mourra en 1807. La Fontaine de François Brochet, Place Charles Surugue à Auxerre, surmontée de la statue de Cadet Roussel - citoyen d'Auxerre- rend hommage à cet homme à la destinée hors du commun, personnage fantasque et attachant par sa simplicité. Claude RICHARD

Divers photos rues Auxerre.
Divers photos rues Auxerre.
Divers photos rues Auxerre.
Divers photos rues Auxerre.
Divers photos rues Auxerre.
Divers photos rues Auxerre.
Divers photos rues Auxerre.
Divers photos rues Auxerre.
Divers photos rues Auxerre.
Divers photos rues Auxerre.
Divers photos rues Auxerre.
Divers photos rues Auxerre.
Divers photos rues Auxerre.

Divers photos rues Auxerre.

Voir les commentaires

Publié le par Le blog de Gérard
Publié dans : #L'Yonne

Joigny est une commune française située dans le département de l'Yonne en région Bourgogne. Ses habitants sont appelés les Joviniens ou les Maillotins

Le château Renaissance de la famille de Gondi où saint Vincent de paul fut précepteur.

Le château Renaissance de la famille de Gondi où saint Vincent de paul fut précepteur.

Porte de l'église près du chateau de la famille Gondi.
Porte de l'église près du chateau de la famille Gondi.
Porte de l'église près du chateau de la famille Gondi.

Porte de l'église près du chateau de la famille Gondi.

Petite promenade dans les rues de Joigny
Petite promenade dans les rues de Joigny
Petite promenade dans les rues de Joigny
Petite promenade dans les rues de Joigny
Petite promenade dans les rues de Joigny

Petite promenade dans les rues de Joigny

Voir les commentaires

Articles récents

Hébergé par Overblog