En l'absence de hommes Roman de Philippe BESSON chez Julliard

par Le blog de Gérard  -  9 Juin 2011, 13:50  -  #Mon coup de coeur du jour littérature

Cette nuit au  pendant mes insomnies, j’ai lu une nouvelle fois En l’absence de hommes de Philippe Besson. Est-ce le silence de la nuit qui m’a plongé dans cet état, mais j’ai terminé ce livre les larmes aux yeux.
Nous sommes en été 1916. Vincent à 16 ans il a des cheveux noirs, des yeux verts en amande, sa mère dit qu’il à une peau de fille. 16 ans mais sais parfaitement que d’avoir 16 ans est un triomphe.
C’est l’été quand il rencontre marcel (Proust ) Que pourrai dire un garçon de seize ans à un homme de quarante cinq et inversement? Mais la rencontre se fait dans la chambre de Marcel parce que Marcel mange reçoit vis dans sa chambre.
Le père exprime sa fierté, « mon fils à su retenir l’attention d’un homme considérable » La mère est beaucoup plus réservée, elle à compris ce qu’il faut craindre.
Mais la guerre est la, elle a un visage celui d’Arthur, le fils de Blanche la gouvernante.
Arthur à 21ans revient du front ses cheveux sont courts, blonds et depuis toujours aime vincent.
Il ne se passe presque rien et ce presque rien c’est tout. C’est immense. Le baiser à le goût du sel, les lèvres  d'Arthur sont blessées, les corps nus se font face. Entre les seize ans de Vincent et les vingt et un ans d'Arthur, entre le torse frêle de Vincent et le poitrail d' Arthur il y a l’étendue d’une guerre. L’entremêlement est le plus doux des voyages, Arthur va emmené Vincent la ou il n’est jamais allé il fermera les yeux en songeant: quel merveilleux été, décidément.
Le livre continu avec les courriers ambiguës entre Vincent et Marcel, et les lettres d‘amours passionnées entre Vincent et Arthur  avec si présent les horreurs de cette guerre, de toutes les guerres de tous ces sacrifices inutiles.
Mais Arthur ne reviendra pas.
Il y aura le tête à tête  entre Blanche la gouvernante et  Vincent , Blanche qui parlera, se racontera expliquera qu’elle savait depuis toujours l’amour que portait son fils à Vincent alors que Vincent d‘un autre monde ne le voyait même pas, Blanche racontera la nuit ou Arthur n‘est pas rentré et ou elle a compris qu‘il avait trouvé enfin les bras son amour, Blanche racontera la misère de sa vie de femme mais l’amour d’une mère à un fils avant de se taire pour toujours.
Vincent enverra une dernière lettre à Marcel il rêve d’Italie, d’Afrique, d’Orient. Il rêve d ‘exil pour échapper à son désespoir. Il écrira à Marcel:
« J’emporte mon mort avec moi. »
« Je l’emporte dans mes voyages, dont je ne reviendrai moi-même vraisemblablement, que mort. »

Vincent va revenir dans un autre livre De Philippe Besson   Retour parmi les hommes. Je le lirai dés que l’émotion qui m’a envahie en lisant En l’absence de hommes laissera la place pour le retour de Vincent.