Love ! Valour ! Compassion ! Jason Alexander, Stephen Spinella, Stephen Bogardus, Randy Becker, John Benjamin Hickey Film de Joe Mantello.

par Le blog de Gérard  -  20 Juillet 2010, 18:05  -  #Cinéma Gay

Synopsis

Huit amis homosexuels, pour la plupart artistes, viennent passer trois week-ends de détente à la campagne dans une splendide maison victorienne prêtée par un chorégraphe. Ces huit amis vont tomber amoureux et tomber en disgrâce, ils se blesseront les uns les autres et se pardonneront. Des couples se formeront et d'autres se briseront, ils feront preuve parfois de force et cèderont d'autres fois aux faiblesses, ils se moqueront les uns des autres et s'épauleront. Ils formeront un mélange drôle et déconcertant, symbole des relations modernes.
Numériser0024

Une comédie de Terence Mc Nally mise en scène par Jean-Pierre Dravel et Olivier Mace -

Lieu : Théâtre de la Porte Saint-Martin - Paris
Dates : du 16 Février 2005 au 30 Avril 2005

Un avocat, un chorégraphe, un pianiste, un jeune danseur... ils sont huit amis gays à passer leurs week-ends dans une maison du Luberon. L'amitié, l'amour, la sexualité, la vie, la mort, le SIDA ou les comédies musicales... ils nous parle de tout ! Et leurs conversations sans tabou révèlent aussi leurs espoirs et leurs peurs. Une comédie acide et émouvante qui nous arrive de Broadway et qui a été encensée apr la critique lors de son passsage à Londres. Adaptée au cinéma en 1997 dans le film éponyme de Joe Mantello, cette pièce homosexuelle est jouée pour la première fois en français grâce à Jacques Collard et Jean Dalric qui se sont battus pendant près de 10 ans pour la faire acepter des directeurs de théâtre.

Numériser0025

La critique [evene]

La note evene : 5/5La note evene : 5/5   par Christelle Heurtault

Bas les masques ! Voici le leitmotiv des dialogues ciselés de la pièce 'Love ! Valour ! Compassion !'. Outre l'humour et les fesses musclées des acteurs, le public est confronté ici à la réalité gay. Sans tabous ni complexes, sans gants ni vulgarité, les acteurs nous offrent une "sonate au clair de lune" version Pierre Boulez. Des monologues entrecroisés, des "je t'aime - moi non plus" touchants, des répliques acerbes qui font mouche, de la tendresse et des vérités qui blessent, toute la gamme des sentiments se joue sous nos yeux.
Un Nicolas Vitello très juste (et très sexy) dans ce premier rôle "osé", un Jean-Baptiste Martin émouvant et un Jean-Paul Bordes exceptionnel portent la pièce aux côtés d'un Jean-Pierre Kalfon quelque peu décevant. Une pièce inattendue et unique qui permettra à la "communauté hétéro" de se rendre compte que la "communauté gay" se pose, tout simplement, les mêmes questions qu'elle.