Marilyn dernières séances. Par michel Schneider Roman chez Grasset

par Le blog de Gérard  -  11 Juin 2010, 11:24  -  #Littérature

Numériser0066 

C'est une histoire à la fois banale et exceptionnelle. Banale, car c'est l'histoire de deux êtres qui se prennent, qui s'éprennent, qui se méprennent l'un sur l'autre et qui, pour se déprendre l'un de l'autre, doivent se séparer par la mort. Mais c'est une histoire exceptionnelle aussi, car ces deux êtres sont Marilyn Monroe, le symbole sexuel, la grande star des années soixante, et un psychanalyste, moins connu mais très brillant, Ralph Greenson, son dernier thérapeute, celui qui l'a accompagnée pendant trois ans dans ses dernières séances. Marilyn avait un rapport ancien avec la psychanalyse. Elle a commencé à entrer en analyse en 1955, sept ans avant sa mort. Elle avait toujours été fascinée par Freud qu'elle avait lu très jeune. Contrairement à une idée reçue, Marilyn Monroe était une fille intelligente, pas cultivée, mais profondément intéressée par les mots, comme si elle savait que son destin, sa vérité se jouait dans les mots. Et durant trente mois, de janvier 1960 au 4 août 1962, Marilyn Monroe et Ralph Greenson formèrent le couple le plus improbable : la déesse du sexe et le psychanalyste freudien. Elle voulait qu'il l'aide à se lever, qu'il l'aide à jouer au cinéma, qu'il l'aide à aimer, qu'il l'aide à ne pas mourir. Lui s'était donné comme mission de l'entourer d'amour, de famille, de sens, comme un enfant en détresse. Greenson voulut être comme sa peau. Mais pour avoir été la dernière personne à l'avoir vue vivante et la première à l'avoir trouvée morte, on accusa le psychanalyste d'avoir eu sa peau. Telle est l'histoire : deux personnes qui ne devaient pas se rencontrer et qui ne purent se quitter. Des mots noirs, des souvenirs blancs. Dans la lumière adoucie d'un cabinet de psychanalyste, se redit la dernière séance de Marilyn.

 

Numériser0067

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :