Un PEDIGREE, Patrick MODIANO. Mon coup de coeur du jour le 14 Mai 2010

par Le blog de Gérard  -  14 Mai 2010, 17:12  -  #Mon coup de coeur du jour littérature

Patrick Modiano est né d'un père juif italien (Albert Modiano) et d'une mère flamande, débarquée à Paris en 1942 (Louisa Colpijn mieux connue sous son nom d'actrice de cinéma belge Louisa Colpeyn]. Ses parents se sont rencontrés dans le Paris occupé et ont vécu le début de leur relation dans une semi-clandestinité.

Son enfance se déroule dans une atmosphère particulière : entre l'absence de son père — au sujet duquel il entend des récits troubles — et les tournées de sa mère, il effectue sa scolarité de collège en pension. Cela le rapproche de son frère, Rudy, qui meurt de maladie à l'âge de dix ans (les ouvrages de Patrick Modiano lui sont dédiés de 1967 à 1982). Cette disparition annonce la fin de l'enfance de l'auteur, qui gardera une nostalgie marquée de cette période.

Il fait ses études à l'école du Montcel à Jouy-en-Josas, au collège Saint-Joseph de Thônes (Haute-Savoie), puis au lycée Henri-IV à Paris. Ayant pour professeur particulier de géométrie Raymond Queneau, un ami de sa mère qu'il rencontre alors qu'il a quinze ans, il décroche son baccalauréat à Annecy, mais n'entreprend pas d'études supérieures.

Sa rencontre avec l'auteur de Zazie dans le métro est cruciale. Introduit par lui dans le monde littéraire, Patrick Modiano a l'occasion de participer à des cocktails donnés par les éditions Gallimard. Il y publiera son premier roman en 1967, La Place de l'Étoile, après en avoir fait relire le manuscrit à Raymond Queneau. À partir de cette année, il ne fait plus qu'écrire.

En 1973, il écrit le scénario de Lacombe Lucien, un film de Louis Malle dont le sujet est un jeune homme sous l'Occupation qui s'engage dans la milice après avoir vainement tenté de rejoindre le maquis. La sortie du film en janvier 1974 déclenche une polémique par l'absence de justification du parcours du personnage.

Le 12 septembre 1970, Patrick Modiano épouse Dominique Zehrfuss. « Je garde un souvenir catastrophique de la journée de notre mariage. Il pleuvait. Un vrai cauchemar. Nos témoins étaient Queneau, qui avait protégé Patrick depuis son adolescence, et Malraux, un ami de mon père. Ils ont commencé à se disputer à propos de Dubuffet, et nous, on était là comme devant un match de tennis ! Cela dit, ça aurait été amusant d’avoir des photos, mais la seule personne qui avait un appareil a oublié de mettre de la pellicule. Alors il ne nous reste qu’une seule photo, de dos et sous un parapluie !' » (Interview à Elle, 6 octobre 2003) De cette union naîtront deux filles, Zina (1974) et Marie (1978).

 

 

UN PEDIGREE

Résumé du livre

Ce roman est un récit à la première personne relatant les souvenirs d'enfance, d'adolescence et de jeunesse de Patrick Modiano. N'ayant guère le goût de l'autobiographie, il a adopté le ton du constat tout en conservant leur véritable identité à la plupart de ses personnages. Une sorte d'interrogatoire de soi-même par soi. Rarement un livre aura été aussi espéré et attendu, même si la vérité d'un créateur et d'un artiste s'exprime plus souverainement dans la fiction que dans les faits.

 
 

 

 

La revue de [presse]

Le Figaro - Annick Geille (23 Décembre 2004)
L'absence totale de la moindre sensation trouble le visiteur ; le parti pris de l'écrivain étant la volonté de se tenir à distance, Patrick Modiano se livre en prenant soin, par pudeur, d'effacer. Il va si loin dans le non-dit que nous restons parfois au bord de la route.

 

 

 



Le Nouvel Observateur - Jérôme Garcin (23 Décembre 2004)
Le ton est laconique, parfois exténué. Jamais Patrick Modiano ne hausse le ton, jamais non plus il ne cède à la nostalgie. Simplement, il met les choses au clair. Une fois pour toutes. Il n'y reviendra pas. [... ] Patrick Modiano a enterré sa jeunesse, mais jamais il n'a fait le deuil de son double. Un ange dans la nuit.



Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :