Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Le blog de Gérard, www.leblogdegerard.fr

Le blog de Gérard, www.leblogdegerard.fr

Quelques photos prises au cours de mes pérégrinations, mes lectures d'hier et d'aujourd'hui, c'est la vie de tous les jours, c'est peut être la votre, voici mes coups de cœur, mes coups de gueule, mais aussi les spectacles que j'aime. Chiche.

Publié le par Le blog de Gérard
Publié dans : #Plantes et Fleurs et Papillons

La tulipe était à l'origine une fleur sauvage poussant spontanément au pied de la chaîne de l'Himalaya. La contrée étant sous la domination du vaste empire ottoman conquis par le turc Sulman le Magnifique, les précieuses fleurs arrivèrent à Constantinople comme tributs des provinces soumises. Ceci explique pourquoi, la tulipe est considérée à tort comme une fleur originaire de Turquie.

plantes-et-fleurs 0053

Louis XIV l'adopte ainsi en tant que fleur officielle de la Cour. La mode de la tulipe fait alors l'objet de la création d'une multitude de nouvelles variétés toutes plus belles et rares les unes que les autres. Au 17e siècle, les bourgeois hollandais dépensent des sommes folles pour acheter les précieux bulbes ce qui ne manque pas d'attiser la convoitise de quelques commerçants.

plantes-et-fleurs 0040

La " fièvre de la tulipe " s'empare aussi du diplomate flamand, Ogier de Busbecq, représentant des Habsbourg d'Autriche à la Cour de Soliman le Magnifique. Dans ses lettres, il décrit la beauté des tulipes avec beaucoup d'enthousiasme et fait parvenir quelques bulbes à son ami hollandais Carolus Clusius, qui vient d'accepter le poste d'intendant au jardin botanique de l'université de Leyde. Celui-ci s'attache très vite à ces fleurs peu communes. L'histoire raconte qu'il réclamait des sommes tellement exorbitantes pour ses bulbes que personne ne voulait les acheter. Quelques marchands qui avaient le sens des affaires et pouvaient difficilement accepter ce fait se glissèrent dans son jardin par une nuit bien noire et emportèrent les bulbes. Saisi d'amertume, Clusius renonça alors à leur culture. Mais les bulbes volés constituèrent le matériel de départ pour la culture des tulipes en Hollande.
plantes-et-fleurs 0043plantes-et-fleurs 0053




plantes-et-fleurs 0044

Voir les commentaires

Publié le par Le blog de Gérard
Publié dans : #Les jardins publics de Paris

Paris-et-ses-monuments 1253

DE KOONING, Willem
né le 24 avril 1904 à Rotterdam, Pays-Bas ; 1916, travaille dans une entreprise de décoration à Amsterdam ; 1916-1925, cours du soir aux Arts et techniques de Rotterdam ; 1921-1926, assistant d'un directeur artistique de grand magasin ; 1924, Beaux-Arts de Bruxelles ; 1926, gagne le New Jersey et travaille comme peintre en bâtiment ; 1927, s'installe à New York ; 1930, se lie avec Gorky* ; 1935, travaille pour le Federal Arts Project* ; 1943, épouse Elaine Fried, peintre ; vend sa première toile ; 1948, enseigne au Black Mountain College d'Ashville ; 1955, vit séparé d'Elaine; 1956, s'adonne à l'alcool ; 1962, naturalisé américain ; 1969-1974, sculpte plus qu'il ne peint ; 1980, n'achève que six toiles ; 1983, frappé de la maladie d'Alzheimer ; des assistants travaillent avec lui et sa production s'accélère au point de compter quelque 341 toiles dans la décennie ; 1985, il réalise 63 peintures ; 1986, cesse de pouvoir signer ; 1989, décès d'Elaine ; en septembre, les tribunaux  déclarent son incapacité juridique et nomment une curatelle; 1990, il cesse de peindre ; 1997, meurt le 19 mars à Long Island, New York.

Paris-et-ses-monuments 1250

Paris-et-ses-monuments 1251

Voir les commentaires

Publié le par Le blog de Gérard
Publié dans : #Balades et personnel

L'origine du cadenas comme preuve d'amour est ancienne, on la rapporte au temps où la ceinture de chasteté préservait les femmes de l'infidélité pendant que leur mari partait en croisade ! Mais elle a été remise au goût du jour par un écrivain italien, Emilio Boccia, qui, dans un de ses romans, racontait l'histoire d'amour de deux de ses personnages qui accrochaient un cadenas à un pont au-dessus du Tibre et jetaient la clé dans le fleuve en se jurant fidélité jusqu'à l'éternité.

Perso-ballades 1230

Imaginez-vous lors d'une romantique soirée en amoureux, après un diner en péniche ou d'un pique-nique au vin rouge en bord de Seine, alors que vous vous dirigez voir la Tour Eiffel s'illuminer.Vous traversez le pont des Arts où beaucoup de gens viennent s'assoir pour jouer de la guitare, rigoler, dessiner ou boire entre amis. Là vous sortez un cadenas de votre poche avec vos prénoms inscrits dessus pour symboliser la force de votre amour.

Perso-ballades 1242

Perso-ballades 1238

Et puis chacun sa façon de voir l'amour..........

Perso-ballades 1235

Voir les commentaires

Publié le par Le blog de Gérard
Publié dans : #Tags à Paris

Les-tags-et-arts-de-la-rue 1003

Tags-a-paris-2 1133

 

Tags-a-paris-2 1131

Tags-a-paris-2 1130

Tags-a-paris-2 1061

Voir les commentaires

Publié le par Le blog de Gérard
Publié dans : #Tags à Paris

Tags-a-paris-2 1130

Tags-a-paris-2 1131

Tags-a-paris-2 1133

Voir les commentaires

Publié le par Le blog de Gérard
Publié dans : #Balades et personnel

Perso-ballades 1151

Félix Roulin est un ancien de l'école d'art de Maredsous.

En 1961 il est lauréat du Prix triennal de la Jeune Sculpture belge et, à la Biennale de Paris, du Prix du Musée Rodin. L'année suivante, il devient professeur d'art du métal à l'Institut national supérieur d'Architecture et d'Art décoratif de La Cambre, à Bruxelles.
A partir de 1964 il collabore avec des architectes.

Perso-ballades 1147

 

Voici des photos prises à Paris, un mur sculpture pour la Maison Wallonie-Bruxelles à Paris 46, rue Quincampoix

Perso-ballades 1149

Perso-ballades 1150

Perso-ballades 1153

Voir les commentaires

Publié le par Le blog de Gérard
Publié dans : #Tags à Paris

Tags-a-paris-2 0796Lorsque vous etes en promenade dans les rues de Paris, vous pouvez voir des pochoirs sur des murs, des portes ou dans d’autres endroits parfois improbables.

Arrêtez vous, regardez, et comme moi vous ne pourrez pas rester indifférents devant ces œuvres d’art.

Voici un petit CV de l’artiste.

 Les-tags-et-arts-de-la-rue 0475

Miss.Tic, née le 20 février 1956 à Paris, est une artiste street art. Ses œuvres apparaissent dans le paysage pictural et urbain en 1985.

Tags-a-paris-2 0797

Elle est née à Montmartre de son père, tantôt ouvrier, tantôt fort des Halles, et d’une mère paysanne de Normandie, elle grandit sur la Butte Montmartre.

En 1964, sa famille s’installe Orly.

En 1966, sa mère, son frère et sa grand-mère meurent dans un accident de voiture et en 1972 son père meurt d’une crise cardiaque.

Dans les années 1980 Miss.Tic part s'installer en Californie.

De retour à Paris,à la suite d’une déception amoureuse elle décide d’utiliser ce dissentiment comme une pratique artistique, avec le pochoir à la bombe comme technique, et les murs comme support.

Son nom est emprunté au personnage de sorcière railleuse Miss Tick du journal de Mickey.

En 1985, Miss.Tic a donc trouvé son style. Et ses lieux d’intervention : seront, les quartiers de Ménilmontant, Montmartre, le Marais, Montorgueil, la Butte aux Cailles.

Elle sera pionnière dans l’utilisation des murs elle y racontera sa vie, comme lieu d’expression.

Pourtant le pochoir est perçu comme un mode d’art  mineur, ou comme une œuvre éphémère, et pire encore comme de la dégradation. Aujourd’hui de plus en plus d’artistes utilisent ce support pour exprimer leur art et ce préjugé commence à s’inverse.

 Tags-a-paris-2 0800

Miss. Tic expose aussi dans des galeries.

 

Voir les commentaires

Articles récents

Hébergé par Overblog